Pour en finir avec les mensonges sur les fonctionnaires

Mensonge n°1 : le statut des fonctionnaire leur garantit un emploi à vie.

C’est entièrement faux. Le statut1 des fonctionnaires prévoit la révocation comme ultime sanction disciplinaire en cas de faute grave (art. 29 de la loi du 13 Juillet 1983, art. 81 de la loi du 9 Janvier 1984, art. 66 de la loi du 11 Janvier 1984, art. 89 de la loi du 26 Janvier 1984). Le statut des fonctionnaires prévoit également le licenciement pour insuffisance professionnelle (art. 88 de la loi du 9 Janvier 1984, art. 70 de la loi du 11 Janvier 1984, art. 93 de la loi du 26 Janvier 1984). Un fonctionnaire peut également être licencié en cas de trois refus consécutifs à des propositions de postes (art. 93 de la loi du 9 Janvier 1984, art. 51 de la loi du 11 Janvier 1984, art. 97 de la loi du 26 Janvier 1984).

Il serait bon que nos hommes politiques de droite (traditionnelle ou socialiste) soient au courant des lois. On les paie tout de même suffisamment.

Mensonge n°2 : les salaires dans la fonction publique sont plus élevés que dans le secteur privé.

Faux. Effectivement, lorsqu’on regarde les salaires médians2 (ou les salaires moyens) dans la fonction publique et dans le secteur privé, on s’aperçoit que celui dans la fonction publique d’Etat et celui dans la fonction publique hospitalière sont plus élevés que dans le secteur privé. Respectivement, 2 236 euros net par mois dans la fonction publique d’Etat3, 1 883 dans la fonction publique hospitalière4 contre 1712,50 dans le secteur privé5. Par contre, lorsqu’on regarde la fonction publique territoriale, le salaire médian est plus faible que dans le secteur privé, à savoir 1636 euros net mensuel6. Mais cette comparaison n’a pas grand sens car dans la fonction publique d’Etat et hospitalière la proportion d’emplois dits « qualifiés » (je n’aime pas ce terme mais c’est le terme consacré) est plus importante que dans le secteur privé. On trouve par exemple une plus grande proportion de cadres ou assimilés dans la fonction publique d’Etat ou hospitalière. Or les cadres ou assimilés sont en général ceux qui ont les salaires les plus élevés que ce soit dans le public ou dans le privé. Cela explique l’écart entre le salaire médian de la fonction publique d’Etat et hospitalière et le secteur privé.

Une bonne comparaison doit se faire à catégorie socio-professionnelle semblable. Lorsqu’on prend le temps de la faire, on s’aperçoit alors que les salaires des catégories les plus qualifiées sont inférieurs à ceux pratiqués dans le secteur privé. Par exemple, le salaire net mensuel moyen d’un cadre dans la fonction publique était en 2011 de 3583 euros contre 3988 dans le privé7. Le secteur public offre des salaires un peu plus élevé que dans le privé seulement pour les catégories qui ont les plus faibles salaires. On peut trouver cela anormal ou comme moi penser que c’est parce que le secteur privé ne rémunère pas assez ces salariés qui ont les plus faibles salaires.

On peut être choqué par les inégalités salariales et vouloir les voir disparaître ou au moins les réduire (c’est d’ailleurs mon cas, on pourra lire à ce sujet les propositions audacieuses de l’économiste Jean-Marie Harribey) mais celles-ci ne sont pas directement liées à une différence de statut public/privé.

Mensonge n°3 : il y a trop emplois publics en France.

La France compte 90 emplois publics pour 1000 habitants. Elle se place au même niveau que le Royaume-Uni ou le Canada. Je ne sache pas que ces pays (souvent cités en exemple par la droite néolibérale) soient sur-administrés… Elle est derrière les pays nordiques (Finlande, Suède, Danemark) qui ont des ratios compris entre 110 pour 1000 et 160 pour 1000. Par contre, elle est devant les Etats-Unis (70/1000), l’Allemagne qui se trouve être un des pays ayant un des plus faibles ratios (50/1000) avec le Japon et … la Grèce ! Oui ! Vous avez bien lu, la Grèce avant crise avait le même nombre de fonctionnaires par habitant que l’Allemagne. Les éditorialistes néolibéraux et les experts auto-proclamés vous ont rabâché que la crise grecque provenait d’un trop grand nombre de fonctionnaires alors qu’elle était au même niveau que « l’exemplaire » Allemagne !8

Mensonge n°4 : la fonction publique coûte trop chère.

Là encore regardons les comparaisons internationales9. En 2008, la rémunération des agents publics a représenté 12,7 % du PIB. Le Portugal 12,9 %, l’Espagne 10,8 %, la Suède 14,9 %, le Danemark 17,3 %, le Royaume-Uni 11 %. Seule l’Allemagne fait bien moins avec 6,9 % (à relativiser du fait de nomenclatures différentes et d’un plus grande externalisation (2 points de PIB))mais on voit bien que la France n’est pas le pays le plus dépensier en la matière.

Pour compléter on peut également regarder les dépenses de rémunération rapportées au nombre d’habitants (puisqu’il semble logique que plus un pays compte d’habitants, plus le besoin en agents publics sera grand et donc les dépenses importantes). La France se situe là encore au même niveau que le Royaume-Uni et sans surprise derrière les pays nordiques qui dépensent plus par habitant mais également derrière les Etats-Unis et le Canada.

Mensonge n°5 : l’absentéisme dans la fonction publique est plus élevé que dans le secteur privé.

Je vous laisse constater par vous-même. En 2013, les salariés des entreprises privées étaient absents pour raison de santé en moyenne 16,6 jours par an10. Dans la fonction publique d’Etat, ils l’étaient 13 jours par an, dans la fonction publique hospitalière ils l’étaient 16,3 jours par an et dans la fonction publique territoriale 21,6 jours par an11.

On peut remarquer que l’absentéisme dans la fonction publique territoriale est plus élevé. Là encore cela s’explique lorsqu’on analyse la structure des effectifs. En effet, dans la FPT (fonction publique territoriale) les femmes représentent 61 % des effectifs12. Cela signifie-t-il que les femmes sont plus fainéantes que les hommes ? Bien évidemment non. Pourquoi les femmes sont plus absentes ? D’abord parce que la maternité les oblige à s’absenter. Ce sont également les femmes qui sont le plus souvent amenées à garder leur enfant malade, ce qui est décompté en absence pour cause de maladie.

Le taux d’absentéisme de la FPT s’explique aussi par la prédominance des agents de catégorie C, 75 % de la FPT13. Or la pénibilité des tâches est plus importante pour une grande partie des agents de catégorie C , ce qui explique les absences pour raisons de santé.

Mensonge n°6 : La garantie de l’emploi empêche les fonctionnaires d’être performants.

Tout d’abord, je dois dire que je suis assez sceptique sur les aptitudes professionnelles des individus qui tiennent cet argument. En effet, s’ils pensent cela je suppose que c’est parce qu’ eux-mêmes agissent ainsi. Ils effectuent donc leurs tâches non pas par goût du travail bien fait, non pas parce qu’ils y prennent du plaisir, non pas parce qu’ils estiment juste de faire ce pourquoi ils sont rémunérés, mais parce qu’ils ont peur du bâton qui pourrait s’abattre sur leurs fesses (visiblement c’est comme ça que fonctionnent les néolibéraux à la sauce UMP, MEDEF, Valls, Macron, Barbier, Giesbert et autres comiques…). C’est assez désolant. Mais je les rassure, la plupart des fonctionnaires et des salariés du privé font bien leur travail parce qu’ils ont le goût de bien faire (mais je n’ai pas d’illusions, la médiocrité des individus susnommés les empêche de comprendre cela).

Ceci étant dit, j’invite chacun à lire l’étude de Maya Bacache-Beauvallet intitulée  Où va le management public  qui montre que les politiques publiques récentes visant à rémunérer à la performance sont un échec. Ce constat est partagé par l’OCDE qui a effectué un revirement total en préconisant un arrêt des primes à la performance.

Enfin, je m’étonne que des individus qui se prétendent libéraux soient favorables à un système basé sur l’obéissance par la peur. Ne serait-ce pas les caractéristiques d’une dictature ? Je les invite à bien y réfléchir.

 

J’espère vous avoir aidé à y voir plus clair.


 

Notes :

1  Le statut des fonctionnaire fait l’objet de quatre lois. La loi du 13 Juillet 1983 qui concerne les trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière), la loi du 9 Janvier 1984 qui concerne uniquement la fonction publique hospitalière (FPH), la loi du 11 Janvier 1984 qui concerne uniquement la fonction publique d’Etat (FPE) et la loi du 26 Janvier 1984 qui concerne uniquement la fonction publique territoriale (FPT).

2 Le salaire médian est le salaire qui partage l’ensemble des salariés en deux parties égales. Il y a donc 50% de salariés qui gagnent plus que le salaire médian et 50% qui gagnent moins.

3 DGAFP, Rapport annuel sur l’état de la fonction publique, édition 2013, Paris, La Documentation française, 2013..

4 ibid..

5  Insee, France, portrait social, 2013..

6 DGAFP, op. cit..

7 ibid..

8 Amélie Barbier- Gauchard, Annick Guilloux, Marie-Françoise Le Guilly, Tableau de bord de l’emploi public, situation en France et comparaison internationale, Centre d’analyse stratégique, décembre 2010..

9 ibid..

10 Baromètre Alma de l’absentéisme, 2013..

11 DGAFP, op. cit..

12 ibid..

13 ibid..

Publicités

Une réflexion sur “Pour en finir avec les mensonges sur les fonctionnaires

  1. les fonctionnaires sont le cancer de la France. regardez l’Allemagne, moitié moins de fonctionnaires, ils ne s’en sortent pas mieux ? les fonctionnaires sont des privilégiés qui ne le méritent pas. pourquoi ne parlez-vous pas de tous leurs avantages, leur retraite par exemple.

    la France s’en sortira quand on supprimera le statut de fonctionnaire pour ceux pour lesquels c’est inutile et qu’on les mettra au même niveau que les salariés du privé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s