Libertarien, néolibéral, késaco ?

J’emploie souvent le terme « libertarien » mais ce terme est encore peu usité en France on utilise plutôt le terme « néolibéral », bien que les deux ne soient pas tout à fait équivalents. Il faut d’abord savoir que le terme « libertarien » provient de l’américain « libertarian ». En effet, aux Etats-Unis le terme « liberal » n’a pas tout à fait le même sens que le terme « libéral » en France. Aux EU ce terme a conservé son esprit originel, c’est à dire que « liberal » signifie plutôt être à la gauche du parti démocrate alors qu’en France être libéral signifie plutôt être à droite.

Alors, c’est quoi un libertarien ?

Déjà il faut savoir qu’au sein même du mouvement libertarien il existe certaines divergences. Cependant on peut trouver quelques invariants :

  • le culte de la propriété privée
  • la méfiance voire la haine envers l’Etat quelle que soit sa forme (même démocratique) et envers toute sorte de service public
  • la foi sans faille envers les processus de marché et les bienfaits de la concurrence
  • l’individualisme méthodologique comme mode raisonnement. L’individualisme méthodologique consiste à considérer que les phénomènes sociaux, économiques ne peuvent et ne doivent s’expliquer que par les comportements individuels. Les explications faisant appel à la société, la pression sociale, le milieu social, le groupe, etc sont systématiquement rejetés au sein de l’individualisme méthodologique (à tort). L’individualisme méthodologique est une application aux sciences humaines d’un réductionnisme fort qui pendant longtemps a été le paradigme des sciences dites « dures ».

Les libertariens ont une lecture très littérale et décontextualisée des textes auxquels ils se réfèrent (par exemple les textes d’Aristote, de Locke, de Montesquieu, la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789), ce qui les conduit à des mésinterprétations voire des interprétations contradictoires avec l’esprit de ces textes (alors qu’un libéral aura une lecture bien plus ouverte) sur des notions aussi essentielles pour leur doctrine que : le Droit naturel, la Liberté, le droit de propriété.

Si j’étais provocateur je dirais que les libertariens sont les « salafistes du libéralisme » : comme je l’ai dit ils interprètent les textes de manière littérale et décontextualisée et ont un fantasme sur une époque passée (celle de l’émergence du libéralisme). Si ce n’est pas une forme d’extrémisme ! Pensez tout de même que certains libertariens n’hésitent pas à prôner l’idée d’une privatisation des rues (!), l’instauration de droits de propriété sur les espèces animales, végétales, encore sauvages (!) ou encore se posent la question de savoir si l’esclavage « volontaire » (sans blague je vous assure) est conforme à la liberté des individus (!). En matière extrême vous êtes servis !

Je parlais précédemment de divergences au sein des libertariens. La plus flagrante est celle concernant l’Etat (mais elle existent aussi concernant les idées aberrantes dont je viens de parler). Certains défendent un Etat minimal, on les appelle les minarchistes, c’est-à-dire un Etat réduit aux plus strictes fonctions régaliennes (police, justice, voire armée). D’autres ne veulent pas en entendre parler et veulent la disparition pure et simple de l’Etat (on les appelle les anarcho-capitalistes ou anarcaps). Mais malgré ces divergences, ils partagent avant toute chose les caractéristiques énumérées précédemment.

J’en profite au passage pour faire la remarque suivante : la position minarchiste est assez incohérente car si on estime que l’Etat est inefficace, menace la liberté des individus, ce ne sont certainement pas les pouvoirs régaliens (pouvoir punir, emprisonner, voire exécuter) qu’il faudrait lui confier. Ce serait la dernière idée que j’aurais… En même temps, la position anarcap pose aussi problème car comment pourrait-il exister un marché libre, une concurrence non faussée sans autorité hors marché qui vérifie et contrôle le fait que les règles sont bien respectées… C’est une des nombreuses contradictions de la pensée libertarienne.

Une autre divergence chez les libertariens (que ce soient les minarchistes ou les anarcaps) concerne leur rapport au pouvoir : faut-il participer à un gouvernement alors qu’ils sont opposés au mode d’organisation, au champ d’application du pouvoir étatique auquel ils participeraient ? Faut-il créer son propre parti ou infiltrer les partis existants et les influencer de l’intérieur ? Remarquez que  ces questions se posent pour tout mouvement contestant l’ordre établi quelle que soit sa pensée ou son idéologie.

Et les néolibéraux alors ?

La pensée néolibérale repose sur les mêmes bases théoriques et idéologiques que la pensée libertarienne. La différence entre les deux concerne surtout la mise en pratique. Autant les libertariens s’interrogent sur leur rapport au pouvoir comme je l’ai dit plus haut, autant les néolibéraux ne se posent pas cette question. Au contraire, les néolibéraux veulent accéder au pouvoir et n’hésitent pas à l’utiliser afin de servir leur intérêt (par exemple en utilisant les contacts qu’ils se sont fait dans le public pour en profiter ou en faire profiter une fois leur mandat terminé, dans le secteur privé, en démantelant les services publics au profit de leur propre entreprise ou de celle de leur amis). Je dirais également que les néolibéraux sont un peu moins extrémistes que les libertariens notamment parce qu’ils appartiennent à l’ordre établi, ils ne peuvent donc pas se permettre d’être aussi radicaux s’ils veulent conserver leur place. Ce n’est pas la seule explication, pour ils ont adopté cette pensée sans forcément bien la connaître, parce qu’ils ont été éduqué comme cela et/ou parce qu’ils y ont vu une opportunité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s