A propos du FN

A l’heure où l’extrême-droite n’a jamais autant prospéré depuis les années 1920 en France, en Europe et même aux USA, il est urgent d’ouvrir les yeux aux potentiels électeurs français sur ce qu’est réellement le FN, son programme et ses conséquences, ainsi que sur qui est véritablement Marine Le Pen. Je remercie Caroline Fourest et Fiammetta Venner pour leur livre Marine Le Pen démasquée qui m’a servi à rédiger cet article.  

1. Marine Le Pen et son entourage

Fin des années 80, début 90, Marine Le Pen étudie le droit à la fac d’Assas. Elle y rencontre Frédéric Chatillon, membre puis président du GUD (Groupe Union Défense), un mouvement d’extrême-droite, qui ira se battre aux côtés des nationalistes croates durant la guerre de Yougoslavie des années 90. Cet individu crée la société de communication RIWAL qui offrira ses prestations au FN et au micro-parti Jeanne créé par des membres de l’extrême-droite et proches de Marine Le Pen. Aujourd’hui, Frédéric Chatillon est mis en examen pour financement illégal de parti politique : en gros il aurait surfacturé ses services aux candidats FN lors de différentes élections. Ceux-ci étant remboursés par l’Etat (les frais de campagne). En d’autres termes, l’Etat (c’est à dire les contribuables comme vous et moi) aurait payé la surfacturation à M. Chatillon…

Frédéric Chatillon a aussi la particularité d’avoir aidé Serge Ayoub (fils d’une magistrate et d’un haut fonctionnaire) a crée son bar. Serge Ayoub est connu dans les milieux d’extrême-droite, et surtout parisiens, pour avoir été le chef des skinheads parisiens dans les années 1980. Dans son bar, Ayoub possède quelque chose que les avertis connaissent bien : une fresque un peu spéciale. Une fresque dans laquelle on peut reconnaître certains ennemis de l’extrême-droite de Ayoub, nus, torturées, par des figures bien connues de l’extrême-droite, qui se pavanent dans leurs plus beaux atours. On peut ainsi voir Emmanuelle Béart (défenseuse des sans-papiers) sur le point d’être violée. Djamel Debouzze a le bras arraché. Bertrand Delanoë a la tête transpercée. La tête de Besancenot est plantée sur une pique. Mimi Mathy est enchaînée comme un animal de cirque. Noah se prend un coup de hâche dans le crâne. Jacques Attali se prend un coup de genou dans le dos. Ernest-Antoine Seillière (ancien patron du MEDEF) est dépecé. Marc-Olivier Fogiel, Dominique Sopo (SOS-Racisme), Line Renaud, David Douillet, Ingrid Bettencourt brûlent dans les flammes. Simone Veil est représentée faisant bouillir des bébés dans un chaudron, tout en se consumant. On peut reconnaître la représentation de certains membres de l’extrême-droite dans cette fresque. Par exemple, Alain Soral qui prend des notes (ben oui ça doit être le plus intello, c’est vous dire…), mais on peut y voir Frédéric Chatillon ou encore Sege Ayoub terrassant un dragon ressemblent étrangement à BHL (Bernard-Henri Lévy). Parmi les victimes de ces tarés représentés, je suis en désaccord total avec certaines. Mais il ne me viendrait pas à l’esprit de les dépecer, de les brûler, ou autres horreurs dignes de Daesh. Cette fresque a le droit d’exister au nom de la liberté d’expression, mais nous avons le droit, au nom de cette même liberté, de la commenter. Et il faut dire tout de même que pour pondre un truc pareil et l’afficher dans son bar, il faut tout de même être sacrément tordu et délirant (tout comme les soldats de Daesh). Pourtant, les délires psychopatiques de cette fresque n’empêchent pas Marine Le Pen de venir dans ce bar où cette fresque est exposée sur un des mur, pour une soirée « French Pride  (allusion à la Lesbian and Gay Pride se passant le même jour, comme quoi, ça doit quand même les travailler pas mal ces cocos là…)».

Un autre proche de Marine Le Pen qui a des soucis avec la justice et les impôts : son père. En 1998, le président d’honneur du FN a été condamné à un redressement fiscal de 1 million de francs pour des oublis fin des années 1970-début des années 1980. Apparemment, la phobie administrative n’est pas réservée à Thomas Thévenoud (qui lui a régularisé sa situation avant que la justice s’en mêle).

Mais même la présidente du FN n’est pas exempte de reproches.

En 2003, une plainte pour outrage à agents dépositaires de l’autorité publique (des policiers) est déposée contre Maine Le Pen et certains de ses comparses après une soirée arrosée pour l’anniversaire de Frédéric Chatillon (tiens donc!).

Marine Le Pen a également été condamnée pour diffamation ou encore pour procédure abusive. Elle a également subi une annulation de son permis de conduire pour avoir perdu tous ses points. Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre à Marine Le Pen pour s’être faite flashée par un radar pou un dépassement de 10 ou 20km/h, une fois comme ça, cela peut arriver à tout le monde. Mais pour voir son permis annuler, il fait tout de même faire fort. Mais il est vrai que l’excès de vitesse n’est pas l’apanage du FN, puisque Brice Hortefeux a lui aussi été flashé à 170 km/h en France.

C’est quand même drôle : la présidente d’un parti qui veut représenter l’ordre et la morale qui ne respecte pas les lois et un ancien ministre de l’intérieur de droite qui ne respecte pas non plus la loi. Quels exemples…

Mais tout cela n’est que petite bière. Marine Le Pen a sans doute plus d’inquiétude à se faire quant à la procédure judiciaire qui la met en cause (ainsi que son père) pour fausse déclaration de patrimoine. Si elle était reconnue coupable, elle encourrait, d’après certains médias, jusqu’à 3 ans de prison et 10 ans d’inéligibilité.

Maintenant, une anecdote plus légère concernant Florian Philippot, proche conseiller de Maine Le Pen : le 8 avril 2011, Marine Le Pen organise une réunion de presse sur une péniche pour parler de son programme économique. Un certain « Adrien » se fait passer pour un haut fonctionnaire du ministère de l’Economie et des Finances et prétend avoir accès à des données confidentielles du ministère qu’il transmettrait à Marine Le Pen (ce qui est illégal). En fait il s’agit de Philippot qui n’a jamais travaillé (enfin pas à ce moment) au ministère de l’Economie et des Finances.

Décidément, l’entourage de Marine Le Pen est assez pittoresque : un ancien du GUD parti se battre en Croatie, mis en examen pour différents motifs, qui entretient des relations avec un ancien skinhead  ayant de drôles de fantasmes, le fondateur du FN condamné à un redressement fiscal, un proche conseiller mythomane. Avec un entourage pareil, pas étonnant qu’elle-même ait des démêlés judiciaires…

Le seul point positif que je ne reprocherais pas à Marine Le Pen c’est d’avoir défendu des sans-papiers ou des immigrés en situation irrégulière lorsqu’elle était dans sa jeunesse avocate commise d’office. A ceux qui critiquaient, elle répondait avec raison : « les immigrés quant à eux doivent être correctement traités et ont, comme tout le monde, droit à un avocat pour les défendre. »1 Pour être grossier, je pense que cette citation fait mal au cul à tous les défenseurs de l’extrême-droite…

2. Le programme du FN

Je ne m’attarderai pas sur le « programme » économique du FN dont l’incohérence saute aux yeux lorsqu’on examine un discours de Marine Le Pen en 2011 à Bompas dans les Pyrénées -Orientales : « Nous devons repenser les mécanismes de la protection sociale qui repose essentiellement sur le travail, afin de diminuer le coût du travail […]. Nous nous engagerons dans une logique de reconnaissance de la valeur travail supposant naturellement une revalorisation des salaires souvent trop bas pour vivre décemment ». Le FN veut baisser le coût du travail et augmenter les salaires ! La contradiction devrait choquer n’importe qui ayant un minimum de logique.

Ce qui me choque davantage ce sont les propositions du FN sur l’IVG. Il n’est plus question de revenir sur la loi Veil, pour Marine Le Pen, mais de dérembourser l’IVG afin de « réinsuffler […] la conscience du caractère sacré de la vie »2. Remarquons au passage que parler de « sacré » pour un parti qui se prétend défenseur de la laïcité ça pose un léger problème. Et c’est assez contradictoire de parler du « caractère sacré de la vie » tout en voulant rétablir la peine de mort… Pour justifier le déremboursement de l’IVG, le FN et Marine Le Pen prétendent que le nombre d’avortement augmente de plus en plus. Rien n’est plus faux. Depuis 1980, celui-ci reste globalement stable. Marine Le Pen justifie également son projet de déremboursement au nom d’une politique de natalité. Or c’est absurde. La France est un des pays occidentaux qui a le plus fort taux de natalité malgré une politique sur l’IVG relativement progressiste. Il suffit de comparer avec la Pologne qui est revenu sur les lois IVG acquises pendant la période soviétique et qui a un des taux de natalité parmi les plus faibles d’Europe. Et je ne parlerai pas davantage des décès des femmes à causes d’avortements clandestins se produisant dans des conditions affreuses (où elle est, là, la défense de la vie?).

Un autre point du programme FN qui me gêne énormément c’est le projet de supprimer l’Aide Médicale d’Etat (AME) qui permet aux étrangers en situation irrégulière de se soigner. Outre le coût dérisoire rapporté au budget de la sécurité sociale (moins de 0,6 % des dépenses de la branche maladie), supprimer une telle aide serait dangereux pour tout le monde. Les membres du FN oublient sans doute que les microbes se fichent du passeport et de la nationalité des personnes qu’ils infectent… En mettant fin à l’AME, on prendrait le risque de voir se développer des épidémies provoquées par le renoncement aux soins pour raisons économiques ce qui engendrerait sans aucun doute un coût plus élevé pour la Nation que le coût de l’AME. J’ajoute que de nombreuses études et en particulier celle de Xavier Chojnicki de l’université de Lille3 montrent que l’immigration représente plutôt un gain pour les finances publiques et notamment de protection sociale (cela s’expliquant en partie par la jeunesse des immigrés comparée au reste de la population). Finalement si on mettait en place deux caisses, l’une pour les Français et l’autre pour les étrangers, la caisse des étrangers serait excédentaire (ou au pire à l’équilibre) alors que celle des Français serait déficitaire… Cela montre, au passage, que si le FN voulait vraiment rétablir la retraite à 60 ans sans baisser le niveau des pensions et s’en endetter le pays, utiliser l’immigration serait sans doute une des solutions les plus efficaces.

Que pouvons-nous conclure de cela ? Que  le FN est incohérent dans son programme économique en voulant baisser le coût du travail tout en augmentant les salaires. Le FN veut dérembourser l’IVG pour des raisons idéologiques sans fondements réels menaçant ainsi la vie de nombreuses femmes. Le FN veut supprimer l’AME, faisant ainsi risquer au pays des épidémies et sans que cela se justifie d’un point de vue économique. Si vous voulez toujours voter FN…

3. Ce qu’est réellement le FN

Le FN dit être un parti patriote (et prétend même être le seul) et en conséquence place l’idée de « Nation » au centre de sa pensée et de son  discours. Pourtant, sa conception  quant à la « nationalité » (à travers la voix de sa présidente) me laisse pantois. Sur France Info le 3 Août 2010, Marine Le Pen compare la nationalité à un permis à points : « Quand vous avez votre permis de conduire, vous ne l’avez pas à vie jusqu’à nouvel ordre. On vous retire des points. Vous pouvez perdre votre permis [elle en sait quelque chose…]. Eh bien, c’est exactement la même chose [la nationalité]. On peut vous retirer des points. La nationalité française n’est pas une situation administrative. C’est bien plus profond que cela. ». Remarquons d’abord que Marine Le Pen se contredit : elle compare la nationalité au permis de conduire à points et en même temps nous explique que la nationalité n’est pas quelque chose d’administratif alors que c’est le cas du permis à points…

Cette conception permet de défendre la déchéance de nationalité et pourtant Marine Le Pen elle-même explique en 2010 que cette mesure n’est pas souhaitable car inefficace (si, si, je vous jure) : « Je pense qu’il faut rester dans le cadre de 1998, c’est-à-dire qu’il ne faut pas déchoir de la nationalité des gens qui l’ont obtenue il y a trente ans ou des gens qu’on ne peut pas déchoir de la nationalité parce qu’en réalité, ils sont enfants de parents ayant eux-mêmes obtenu la nationalité française. […] On a accordé la nationalité française de manière excessive. Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, il y a des gens qui ont la nationalité française et qu’on est obligé d’assumer ça. Il faut assumer, il faut voir comment est-ce qu’on peut régler les difficultés que ça engendre dans le cadre des lois républicaines. » Peut-être était-ce là l’avocate qui défendait des étrangers, des Sans-Papiers, dans sa jeunesse, qui parlait mais finalement Marine Le Pen était bien plus lucide que Valls ou Hollande et leurs partisans qui voulaient élargir la déchéance nationale (sans que cela permette de réduire le risque d’attentats). Je suis navré d’avoir à le dire.

Malgré cet instant de lucidité de la présidente du FN, celui-ci place la «Nation» au coeur de sa doctrine idéologique. A tel point qu’il en vient même à rejeter l’idée de droits « universels ». Voici par exemple ce que disait en 2010 la présidente du FN à propos de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 : « On a détaché la Déclaration des droits de l’Homme des peuples auxquels elle devait s’appliquer […]. Dans la Déclaration des droits et des devoirs, les devoirs ont disparu, le citoyen a disparu. […] Parce que l’existence de ce terme de citoyen permettait justement d’ancrer ces droits et ces devoirs au sein d’une nation. Ca voulait dire qu’on avait aussi la possibilité de donner des droits et des devoirs à ceux qui avaient la nationalité et de donner des droits qui n’étaient peut-être pas obligatoirement les mêmes à ceux qui ne l’avaient pas. […] Chaque nation étant là pour déterminer quel était leur cadre. » Paradoxalement, cette conception est exactement la même que celle de certains intellectuels de gauche et d’extrême gauche qui prônent ce qu’on nomme communément le « relativisme culturel »  ou « différentialisme », qui défendent la mise en place de certains « accommodements raisonnables » comme ne pas interdire le voile dans les établissements scolaires, organiser des horaires séparées entre hommes et femmes pour certaines activités, tolérer des entorses à la loi de 1905 en construisant des lieux de cultes sur fonds publics, par exemple au nom du respect de la  « culture » des individus ou de certains groupes. Cette tendance à considérer que les droits et les devoirs sont à géométrie variable se retrouve aussi dans la conception particulière du FN concernant la laïcité.

Depuis quelques années, le FN n’hésite plus à se présenter comme le défenseur de la laïcité. Mais qu’en est-il réellement ? Il s’oppose aux prières de rue mais dans le même temps, il pose des recours lorsque des mairies autorisent la construction de mosquées et ce, alors que cela n’engage aucun fonds publics et est conforme à la loi de 1905 (loi instaurant la laïcité). Il ne fait pas preuve non plus d’un grand soutien envers la loi de 2004 contre les signes religieux à l’Ecole ou la loi de 2010 contre le port de la burqa.

On n’a jamais entendu non plus le FN réagir aux agissements de Philippe Isnard, un enseignant catholique intégriste qui projetait des images d’horreur à ses élèves : des fœtus en sang découpés en morceaux, des enfants mort-nés ou des fœtus après des avortements médicaux tardifs. Il présente ce film comme un film sur l’IVG ! Il leur distribue un tract d’une association qui présente l’IVG comme un meurtre même en cas de viol. Isnard explique même qu’un viol n’est pas fécond si la femme violée n’a pas pris de plaisir (ce qui est le summum de la perversion)… Non seulement silence radio du FN, mais on retrouve même Bruno Gollnisch membre du bureau du FN en tête de cortège de la manifestation annuelle des anti-IVG, qui porte l’enseignant en triomphe ! Drôle de conception de la laïcité…

Le FN fait même l’apologie des écoles privées (confessionnelles ou non) notamment via le chèque éducation (un dispositif défendu par les néolibéraux et qui s’est révélé catastrophique dans les pays qui l’ont mis en place) qui permet de choisir  « des structures privées qui ne sont pas soumises à la loi sur la laïcité »4. Autrement dit, elle défend le développement d’école privées musulmanes, judaïques, catholiques, protestantes. Drôle de conception de la laïcité… Ce n’est d’ailleurs pas anodin si, lorsqu’elle était conseillère régionale en région parisienne, elle a refusé de voter une proposition consistant à augmenter les moyens pour l’Ecole publique en puisant sur les subventions aux écoles privées (subventions supplémentaires à ce qu’oblige la loi, bien sûr).

On n’entend pas non plus Marine Le Pen sur l’occupation totalement illégale de l’Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet, par des catholiques intégristes, qui dure depuis 39 ans. Pourtant, elle aurait ici tout à fait raison de dénoncer l’inertie et l’impuissance de « l’UMPS » depuis 1977. Elle ne défend pas non plus l’abrogation du concordat en Alsace-Moselle. Pourtant à cause de cet accord du siècle passé, l’Etat est obligé de payer prêtres, pasteurs, rabbins, l’enseignement confessionnel est obligatoire dans les écoles publiques, les signes religieux ostentatoires ne sont pas interdits dans les écoles publiques. Autrement dit, les lois républicaines ne s’appliquent pas dans ce territoire de la République mais ça ne choque pas le FN ni Marine Le Pen (en tout cas, ils ne le montrent pas).

Bilan : Le FN se veut défenseur de la Nation mais son idée de la Nation est grotesque et indigne d’un parti qui se prétend patriote. Malgré ses déclarations médiatiques, il reste un parti défenseur de la religion chrétienne, sa soi-disant défense de la laïcité ne servant, en réalité, qu’à tenter de diviser les habitants de la France en fonction de leur nationalité, leurs origines ou leur religion.

Avant de finir, une dernière anecdote qui montre qu’au FN, aussi, on trouve comme dans les partis qu’il dénonce, des démagogues qui se foutent des électeurs. Prenons Dominique Martin, membre du comité central du FN et directeur de campagne de Marine Le Pen qui s’exprime ainsi lors d’un atelier de formation à Bordeaux en 2007 : « C’est la maquette parce qu’on va tirer à 10 000 exemplaires qu’on va mettre dans les boîtes aux lettres. Y aura un cœur, et y aura une petite fille qui va chanter… Pour faire bien démago. […] Alors conseil municipal, j’en ai parlé, les établissements publics, surtout si vous n’êtes pas invités, vous y allez. Si possible, pourvu qu’il y ait un incident […]. Et le ton monte et la presse arrive, donc c’est un débat entre le maire et vous. Pourvu qu’il vous bouscule, alors là vous tombez, pompiers, et tout le tralala. […] La semaine d’après, je suis allé à la paëlla des Portugais. Ca vote aussi. Mais je ne suis pas passé par l’entrée là, j’ai été encore plus démago. Parce que les Portugais il font tout eux, à la main, roulé sous les aisselles. […] Attention, à la porte maximum une minute trente, parce que sinon vous avez pas le temps. Et pareil, démago à mort. Comme elle est jolie cette petite fille, et ce petit chat comment il s’appelle ? […] Bon, je reviens à mon client-électeur. L’électeur, le client, ne croit que ce qu’il voit. »5 No comment !

Enfin, pour ceux qui croient encore qu’au FN c’est « tête haute, mains propres », je vous invite à lire ce site qui liste les mises en examen et les condamnations des membres du FN : https://blogs.mediapart.fr/lilith13/blog/050612/les-condamantions-et-mises-en-examen-du-front-national-et-de-ses-membres

Conclusion : 

Le FN reste un parti qui se fiche de la laïcité, qui ne reconnaît pas l’universalité des droits de l’Homme, qui compare la nationalité à un simple permis de conduire, dont certains membres se fichent éperdument des électeurs, qui n’a comme but que de nous diviser pour gagner et qui n’a rien d’un parti plus « propre » que les autres. Le FN a un programme économique incohérent, propose des mesures folles sur le plan sanitaire et humain, sans aucune raison économique (d’ailleurs est-ce que cela le justifierait ?) pour des raisons purement idéologiques. Sa présidente est entourée de curieux personnages : un père fondateur du parti, condamné à un redressement fiscal, un ancien du GUD  parti se battre en Croatie, mis en examen pour différents motifs, qui entretient des relations avec un ancien skinhead  ayant de drôles de fantasmes, et un proche conseiller mythomane.

Maintenant, si vous votez FN vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

Pour aller plus loin : A consulter également ce site : http://www.debunkersdehoax.org qui démonte toutes les rumeurs, les mensonges de l’extrême-droite qu’on trouve dans les sites, les blogs d’extrême-droite mais également dans les e-mails qui vous pouvez recevoir (les fameux hoaxes).

Notes :

1   Marine Le Pen, A contre flots, Grancher, 2006, p. 153

2  Radio Courtoisie, 12 septembre 2008.

3    Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme, par Xavier Chojnicki, Cécily Defoort, Carine Drapier et Lionel Ragot, juillet 2010.

4  Chat sur le Monde.fr, 26 mars 2008.

5  https://www.mediapart.fr/journal/france/290311/quand-le-directeur-de-campagne-de-marine-le-pen-moque-le-client-electeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s