Les propositions idiotes de la droite et de l’extrême-droite pour lutter contre l’ « assistanat ».

 

Cet article est la troisième et dernière partie du dossier consacré à l’ « assistanat » et aux « assistés », thème dont nous abreuvent la droite et l’extrême-droite. Vous pouvez retrouver les deux premières parties :

En finir avec les conneries sur les « assistés » et l’ « assistanat » !

Les vrais « assistés »

Les mesures proposées par une partie de la droite (mais tout de même une grande partie) par lutter contre ce qu’ils nomment l’ « assistanat » qui, en fait, s’appelle d’un point de vue neutre et non idéologique, « la protection sociale », sont assez similaires à celles proposées par l’extrême-droite en particulier par le FN.

a. « Ne pas indemniser de la même manière les Français et les étrangers. »

Cela regroupe toute les mesures qu’ils proposent et qui sont à caractère xénophobe : suppression de l’Aide Médicale d’Etat (AME), versement de certaines aides aux seuls Français ou dans une version moins xénophobe, conditionnement de certaines aides à une durée de séjour minimale sur le territoire national.

En général, ceux qui le proposent ne savent même pas que certaines de leurs propositions sont déjà appliquées. Par exemple, pour avoir droit au RSA, il faut justifier de 5 ans de séjour en France. Certains députés de droite et d’extrême-droite qui, pourtant, participent à l’élaboration des lois l’ignorent. Quelle incompétence crasse ! Finalement ce serait eux qu’on devrait payer à rien faire, car si c’est pour être aussi nul, autant qu’ils restent chez eux. Non seulement on fera des économies mais en plus la France ira mieux débarassée de ces incompétents.

Concernant l’AME, je ne peux m’empêcher de faire remarquer que la supprimer ou la restreindre devrait soulever un tollé général de tous les citoyens. Ce serait prendre le risque de dégâts sanitaires pouvant causer la mort d’étrangers et de Français. Ceux qui proposent cela devraient être mis face à leurs responsabilités voire même être accusés de mise en danger de la vie d’autrui. Pourquoi ? La réponse me semble évidente mais pour certaines personnes de droite et d’extrême-droite (qui n’ont sans doute pas grandes connaissances scientifiques) cela semble dur à comprendre. Je vais employer la mailleutique socratique pour faire accoucher leur esprit de cette vérité. Nous appelerons WAUQUIEZ notre apprenant représentant ceux de droite et d’extrême-droite qui veulent supprimer l’AME (toute ressemblance avec un homme politique du même nom et qui par un heureux hasard prône aussi cette suppression étant purement fortuite, bien entendu), je jouerai le rôle de Socrate.

WAUQUIEZ – Il faut suprimer l’AME, elle nous coûte trop chère !

MOI – Tu parles de l’AME, Wauquiez, mais sais-tu à quoi elle sert ?

WAUQUIEZ – Bien sûr, je ne suis pas idiot, elle sert à soigner les étrangers en situation irrégulière.

MOI – Tu as entièrement raison. As-tu quelques conaissances en matières scientifiques et médicales ? Je te parle de connaissances de base, que tout à chacun devrait maîtriser. Par exemple, comment se propagent les microbes, virus, bactéries ?

WAUQUIEZ – Evidemment, j’ai été à l’école et j’étais même un assez brillant élève puisque j’ai réussi à entrer dans des écoles prestigieuse.

MOI – D’après tes connaissances, penses-tu qu’un microbe, une bactérie, un virus, un champignon s’intéresse à la nationalité de celui qu’il va contaminer ?

WAUQUIEZ – Bien sûr que non, il ne faut pas me prendre pour un imbécile.

MOI – Loin de moi cette idée, il n’y a pas d’imbéciles simplement des ignorants auxquels il faut apprendre. De ce que tu m’as dit, il s’ensuit qu’un étranger malade peut tout à fait transmettre sa maladie à un Français ? Tu es d’accord ?

WAUQUIEZ – Oui Socrate, tu as tout à fait raison.

MOI – Dans ce cas, ne trouves-tu pas judicieux moralement et économiquement de soigner cet étranger non seulement pour son intérêt propre mais également pour celui des Français qu’il pourrait contaminer ?

WAUQUIEZ – C’est vrai qu’il serait idiot de ne pas le soigner.

MOI – Mais alors pourquoi veux-tu supprimer l’AME qui permet justement de soigner les étrangers et ainsi empêcher que des Français soient eux- aussi malades ? Trouves-tu cela logique d’un point de vue moral et d’un point de vue économique ?

Wauquiez – Oui, tu as raison grand Socrate. Tu viens de m’ouvrir les yeux. Il ne faut surtout pas supprimer l’AME, loin d’être un coût c’est au contraire un bénéfice pour notre société.

Dernière chose avant de passer au point b. Je rappelle tout de même que selon plusieurs études et notamment celle de l’équipe de Xavier Chojnicki de l’université de Lille1, l’immigration serait plutôt un gain pour nos finances publiques, notamment en ce qui concerne la protection sociale. Ceci s’explique en partie par la relative jeunesse de la population immigrée rapportée à la population totale. Ainsi, si on mettait en place une caisse de protection sociale pour les immigrés et une autre pour les Français, la première serait excédentaire et la seconde déficitaire !

b. « Oui aux aides sociales, mais il faut travailler en échange. »

L’exemple paradigmatique étant la proposition, défendue par certains membres de l’UMP-LR et par certains membres de l’extrême-droite, d’accorder le versement du RSA en échange d’un certain nombre d’heures de travail.

Question à 1000 euros : Savez-vous dans quel pays cela se pratiquait ?

Je ne parle bien sûr pas du STO ou là on obligeait les gens à travailler non pas pour leur verser un RSA mais simplement pour ne pas être emprisonnés ou mis à mort. Je n’accuse tout de même pas la droite de vouloir revenir au STO.

Je ne parle pas non plus des camps de travail forcé mis en place dans tous les totalitarismes, la encore ce serait être un peu excessif avec la droite et l’extrême-droite.

Non, je parle tout simplement du système soviétique dans lequel, si vous n’aviez pas d’emploi, pour toucher ce qu’on appelerait, nous, les aides sociales, vous deviez faire le travail que l’Etat vous assignait. Et oui, la droite et l’extrême-droite s’inspirent de l’URSS ! Pas mal, non ?

Ce genre de proposition nauséabonde repose sur une idée qui date du XIXème siècle (c’était déjà l’idée de Tocqueville2) : « les pauvres sont pauvres parce qu’ils sont fainéants ». Idée que j’ai déjà démontée dans la première partie, ici. Cela prouve simplement qu’une grande partie de la droite et de l’extrême-droite vit encore dans l’esprit non pas du siècle dernier (!) mais dans celui du siècle le précédant

c. « Il faut lutter contre la fraude. »

Première remarque, ici on parle de fraude c’est-à-dire de personnes qui touchent des prestations sans en avoir le droit. Cela n’a donc rien à voir avec l’ « assistanat » au sens où l’entendent la droite et l’extrême-droite. Pourtant, ils ont tendance dans leurs discours, à confondre les deux, ce qui est absurde d’un point de vue logique. Je pense que cela dénote finalement leur conception de la pauvreté et des pauvres : « ils profitent, ils volent, ils fraudent, etc ».

Parlons maintenant fraude.

La fraude fiscale en France représenterait entre 60 et 80 milliards d’euros. Cela ne prend pas en compte toutes les procédures d’optimisation fiscale auxquels se livrent riches particuliers et grandes entreprises. On serait alors entre 30 et 36 milliards d’euros en plus.

La fraude aux cotisations sociales coûterait à la Sécurité sociale entre 20 et 25 milliards d’euros.

La fraude aux prestations sociales représenterait 4 milliards d’euros.

Toute fraude doit être recherchée, remboursée et punie (sauf si elle est de bonne foi). Cependant, il faut raisonner de manière logique et pragmatique. Qu’est-ce qui est le plus efficace pour les finances publiques ? Combattre la fraude aux prestations sociales ou la fraude aux cotisations sociales ? Si vous êtes capable de comparer deux nombres – et je pense que même à droite et à l’extrême-droite ils en sont capables – vous aurez la réponse.

Conclusion (des trois parties) :

Dans la première partie j’ai expliqué en quoi parler des « assistés » comme étant ceux qui touchent le RSA ou « qui-ne-veulent-pas-travailler » était complètement faux et contraire à la réalité.

Dans la deuxième partie j’ai montré qui étaient les vrais « assistés ». Ceux qui vivent du travail des autres, c’est-à-dire ceux qui vivent des revenus financiers, des revenus du capital, des revenus de l’épargne. Ces individus, on les retrouve plutôt dans le camp de la droite puisqu’elle défend leurs intérêts.

Dans cette troisième partie j’ai mis en évidence en quoi les mesures proposées par la droite et l’extrême-droite sont non seulement douteuse d’un point de vue moral mais aussi inefficaces économiquement voire même dangereuses pour nous tous.

Si maintenant, quelqu’un vous fait la leçon sur les « assistés » et l’ assistanat », demandez-lui ce qu’il entend par là, ce qu’il propose et faites-lui remarquer que les « assistés » ne sont pas ceux dont il parle et que ses solutions sont dangereuses et inefficaces.


Notes :

1  Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme, par Xavier Chojnicki, Cécily Defoort, Carine Drapier et Lionel Ragot, juillet 2010.

2 Alexis de Tocqueville est communèment considéré comme un père du libéralisme moderne. C’est oublier qu’en plus de considérer les pauvres comme des parasites fainéants, il a légitimé les massacres des Indiens en Amérique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s