Réduire le temps de travail pour réduire le chômage (2)

Dans cet article, j’ai expliqué pourquoi la réduction du temps de travail était une condition nécessaire à la réduction du chômage. Certains, par idéologie, s’opposent à cette vérité logico-mathématique, aussi je vais me fier à l’expérience. Je vais également en profiter pour tordre le cou à certaines idioties propagées par la droite néolibérale (qui comprend la droite traditionnelle (UMP-LR) et la droite « socialiste » (du genre Valls, Macron)).

Dans toute la suite, j’utilise les données de l’OCDE.

La France est le pays où on travaille le moins : conneries !

Beaucoup de personnes prétendent que si l’économie de la France ne va pas bien, si le chômage est trop élevé c’est parce que les Français ne travaillent pas assez. Ils prétendent que la réduction du temps de travail a été une erreur économique, que la France est le seul pays à avoir diminuer la durée du travail.

Regardons la réalité au-delà des préjugés.

temps-travail

Pour mieux voir cliquez ici

Que dire ?

1. Tous les pays cités dans le graphique précédent (et en fait tous les pays de l’OCDE, si je ne les ai pas mis c’est pour éviter un graphique trop « spaghetti » qui serait illisible) ont vu leur durée du travail diminuer.

2. Les Français (en fait on devrait dire tous ceux qui travaillent en France car il n’y a pas que des Français qui travaillent en France) ne sont pas ceux qui travaillent le moins. L’Allemagne et les Pays-Bas ont des durées du travail par salarié inférieures à la France. Par contre, la Grèce est un des pays où l’on travaille le plus ! Je vous laisse en tirer les conclusions…

La réduction de temps de travail n’a pas créé d’emplois : conneries !

En France, la politique de réduction de temps de travail la plus récente débute en 1996. Oui, vous avez bien lu, en 1996, sous un gouvernement de droite, sans doute une droite plus intelligente que la droite actuelle. La loi de Gilles de Robien de 1996 incite les entreprises à réduire le temps de travail de leurs salariés afin de créer des emplois. On observe une hausse de l’emploi entre 1996 et 1997 de 186 740, ou encore de 0,91 %. Une augmentation quasiment inégalée auparavant. En 1998 l’augmentation est de 456 670 soit 2,2 %. On peut la mettre sans doute à la fois sur le compte de la loi Robien et de la future loi sur les 35 heures. En 1999, l’emploi augmente de 500 580 (soit 2,36%), en 2000 de 637 170 (soit 2,93%), en 2001 de 497 030 (2,22%), en 2002 de 200 520 (0,87%). 1999 est l’année lors de laquelle est votée la loi, 2002 est l’année où les 35h deviennent obligatoires. Le décalage a permis aux entreprises de préparer la mise en place de la réduction du temps de travail. Cela s’est traduit par une création d’emplois exceptionnelle.

Voici le tableau issu des données OCDE.

Ensuite, différentes lois ont remis en cause l’esprit des 35h, l’esprit de réduction du temps de travail : par exemple les dérogations permises dans les entreprises (comme à Continental qui est revenu aux 40h, ce qui n’a pas empêché la fermeture de l’entreprise), l’augmentation du contingent d’heures supplémentaires (ce qui a finalement conduit les salariés à travailler plus pour gagner moins, c’est Fillon qui a fait cela…).

Bizarrement (!), à partir de la mise en place de ces lois rétrogrades la création d’emplois ralentit voire même devient négative !

Conclusion :

Finissons-en avec les mensonges de la droite.

1. La France n’est pas le pays où les salariés travaillent le moins.

2. Tous les pays développés ont diminué la durée du temps de travail des salariés.

3. La création d’emplois n’a jamais été aussi importante que durant la période 1996-2002 qui correspond à la mise en place des 35 heures. Par contraste, lorsqu’on a mis en place des dérogations visant à augmenter le temps de travail, les créations d’emplois ont ralenti, ont disparu, le chômage a augmenté.

Ceux qui promeuvent l’augmentation du temps de travail vont à l’encontre des règles logico-mathématiques, vont à l’encontre du sens de l’histoire, vont à l’encontre de ce que font tous les pays développés.

Publicités

8 réflexions sur “Réduire le temps de travail pour réduire le chômage (2)

    • Bonjour,
      ce n’est pas tout à fait ce que je dis. Je dis plusieurs choses :

      – D’abord je tords le cou à certains préjugés concernant les Français qui ne travailleraient pas assez, ce qui serait cause du chômage.

      -J’explique également que TOUS les pays développés ont réduit leur durée du travail effective

      – Ensuite je mets avant le fait que la réduction du temps de travail a permis une création d’emplois

      Enfin, je tiens à préciser que réduire le temps de travail n’est pas la solution miracle pour réduire le chômage. Je dis simplement que c’est une solution qui a fait ses preuves, qui, à l’heure actuelle, mérite d’être étudiée (il existe plusieurs façons de réduire le temps de travail).

      Il faut également tenir compte du fait qu’une réduction du temps de travail sera le plus efficace pour lutter contre le chômage si celle-ci est couplée avec la mise en place d’une formation professionnelle continue de qualité (ce qui n’est pas le cas en France) qui demande des moyens financiers, humains et techniques, une hausse de la productivité qui passe par l’usage intelligent des nouvelles technologies, mais aussi et sans doute surtout par ce qu’on peut qualifier des innovations pratiques, qui viennent de la base, des travailleurs eux-mêmes qui sont sûrement les plus aptes à trouver des solutions efficientes. Ce dernier point implique, à mon sens, une révision complète de l’organisation actuelle du fonctionnement des entreprises.

      Ce qui est certain c’est que la baisse des salaires, des cotisations sociales, la flexibilisation (ou précarisation) ne marche pas.

      • Le temps de travail ça ne regarde pas l’état.
        Le temps de travail il se fixe lors d’un contrat entre un employeur et un employé.
        Le problème c’est bien de vouloir confié à la loi le soin d’encadrer de beaucoup trop près les contrats de travail.
        Mais vu que vous n’êtes pas libéral vous ne pouvez pas comprendre ce qu’est la liberté contractuelle et que celle-ci n’a pas besoin d’une tierce partie appelé état qui vient mettre ses gros doigts boudinés la dedans et qui s’autorise à changer unilatéralement les termes d’un contrat signé par deux adultes consentant.

        • C’est là où vous faites erreur. Un contrat ne met jamais seulement deux personnes mais trois puisque le contrat nécessite toujours le regard d’une tierce personne pour le valider. Regarder Shylock dans Le Marchand de Venise

  1. Pouvez-vous me dire ou était la tierce personne quand un de mes collègues (faute de monnaie) ce matin a passé un contrat verbal avec moi pour un prêt de 2€.

  2. Selon vous un prêt n’est pas un contrat sérieux?
    Ce n’est pas parce que le montant vous parez modique que cela enlève quoi que ce soit à la nature du contrat.
    Je vous rassure si je dois prêter un montant conséquent à un ami nous remplirions un acte sous seing que nous signerions sans présence d’une tierce personne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s