Trop de dépenses publiques ? (2)

De nombreux femmes et hommes politiques, appuyés par certains éditorialistes ou « experts » auto-proclamés, se plaignent de ce que la France serait le pays au monde qui aurait le niveau de dépenses publiques le plus élevé. Même si c ‘était vrai, j’avoue ne pas comprendre en quoi ce serait problématique, au contraire, j’en ai parlé dans un article précédent. Mais, dans le cas présent, ce qui m’intéresse, c’est la véracité de cette affirmation. Alors, la France a-t-elle (vraiment) trop de dépenses publiques ?

1. Un indicateur mal compris

Lorsqu’on s’intéresse uniquement au ratio dépenses publiques / PIB, la France est bien le premier ou le second pays qui dépense le plus. Toutefois, cet indicateur, pourtant le plus usité dans les comparaisons internationales et dans les discours politiques, n’est pas exempt de critiques, surtout lorsqu’il s’agit de l’interpréter.

(a) Beaucoup de gens pensent que lorsqu’il est dit que les dépenses publiques représentent 57% du PIB, cela signifie que « l’Etat capterait 57% de la richesse produite par le privé ». C’est complètement faux !

Une partie des dépenses publiques participe directement au PIB, c’est ce que dans la nomenclature des organismes statistiques on appelle la production non-marchande (pensons par exemple à la police, la justice, l’éducation, les services de santé, entre autres). Ces dépenses représentent 20-25% du PIB. Autrement dit, « l’Etat » ne capte pas 57% de la richesse produite par le privé, mais, au contraire, il produit entre 20 et 25% de la richesse nationale.

Les dépenses publiques agissent aussi de manière indirecte dans la création du PIB, via la redistribution. En effet, on peut constater des différences de consommation suivant le niveau de revenu des individus. Par exemple, plus un individu est riche, plus sa propension à épargner est élevée ou encore plus un individu est riche plus la consommation de biens ou services importés est importante1.

Autrement dit, en favorisant une redistribution des plus riches vers les plus pauvres via l’impôt et les dépenses publiques, on agit aussi sur le PIB en favorisant la consommation et surtout la consommation intérieure (donc la production intérieure).

(b) L’indicateur dépenses publiques / PIB soulève aussi la question de la différence de traitement, politique, médiatique et même scientifique, entre dépenses publiques et dépenses privées. En effet, l’économiste Christophe Ramaux, montre qu’en calculant les dépenses privées des ménages et des entreprises comme on calcule les dépenses publiques, les dépenses privées représentent environ 200% du PIB !2

Quoi qu’il en soit, il ne s’agit pas ici de remettre en cause l’indicateur dépenses publiques / PIB qui, pour reprendre les termes de C. Ramaux, permet « d’évaluer le degré de socialisation » d’un pays ou d’une société, il s’agit simplement de tordre le cou aux mauvaises interprétations trop souvent entendues et propagées par certains « experts » économistes qui trustent les media.

2. Pourquoi ne pas regarder les dépenses publiques par habitant ?

Une autre façon de mesurer le niveau de dépenses publiques consiste à calculer la dépense publique par habitant en Parité de Pouvoir d’Achat (PPA), afin de permettre des comparaisons internationales non biaisées. Cette mesure montre directement ce que reçoit chaque individu (en moyenne) de la part des administrations publiques (APUs). Qu’en est-il de la France que bon nombre de néolibéraux traitent de pays communiste, de pays d’assistés ou encore d’Etat « nounou » ?

dépenses par habitant

Finalement, la France est moins « communiste », moins « nounou »  que la Suède, la Finlande, la Belgique, l’Autriche, le Danemark, la Norvège, le Luxembourg ; les Français sont moins « assistés » que les Suédois, Finlandais, Belges, Autrichiens, Danois, Norvégiens, Luxembourgeois !

Les néolibéraux devront revoir leur copie !!!

3. La question de la protection sociale

Une autre question fondamentale lorsqu’on s’intéresse aux comparaisons internationales en matière de dépenses publiques concerne la protection sociale, c’est-à-dire toutes les dépenses comme les pensions de retraites, les indemnités de chômage, les aides sociales (type RSA), les remboursements de soins.

En France, une grande partie de la protection sociale est du domaine public, ce n’est pas forcément le cas dans tous les autres pays de l’OCDE. Par exemple, dans certains pays, vous pouvez bénéficier d’une assurance maladie mais celle-ci relèvera de dépenses privées et ne sera donc pas comptabilisée comme dépense publique (quand bien même vous seriez obligé de contracter une assurance ou mutuelle santé privée). Cela fausse de manière non négligeable les comparaisons entre pays en matière de dépenses publiques.

Pour corriger cela, j’ai produit un graphique comparatif issu des données de l’OCDE portant sur l’année 2015 dans lequel je considère les dépenses publiques sans les dépenses sociales, afin de mettre tous les pays à égalité. On considère alors uniquement les dépenses publiques telles que les dépenses d’administration, de police, de justice, d’éducation, de culture, par exemple.

Le premier graphique représente les dépenses publiques hors protection sociale / PIB.

dépenses hors social

Le second représente les dépenses publiques par habitant hors protection sociale, en cohérence avec ce qui a été dit précédemment (cf. 2.).

dépenses par habitant hors social

La France apparaît ainsi comme un pays n’étant pas follement dépensier. Certes, elle fait partie de la première moitié mais reste assez proche de la moyenne de l’OCDE. En tout cas, on est loin des élucubrations faisant de la France un pays qui dépense trop ou qui ne saurait pas maîtriser ses dépenses. Je précise que l’année 2015 n’a rien de particulier par rapport à d’autres années. Chacun peut le vérifier dans les données mise en ligne infra et dans lesquelles on trouve un tableau récapitulant le rang de la France sur la période 2000-2015. A chaque fois le rang de la France est sensiblement le même (suivant les indicateurs respectifs).

4. Conclusion(s)

(i) La France figure parmi les pays développés ayant les dépenses publiques les plus élevées. Comme prouvé dans un précédent article, cela n’a rien de néfaste, en soi, bien au contraire. Ce haut niveau de dépense s’explique par un choix politique de socialisation des dépenses de protection sociale (santé, retraite, chômage, allocations familiales, par ex.)

(ii) Bien que la France ait préféré un modèle de socialisation (ou de mutualisation) de la protection sociale plutôt qu’un modèle d’assurance individuelle, il est faux de prétendre qu’elle est le pays qui a les dépenses publiques les plus élevées. Lorsqu’on rapporte le niveau de dépenses à la population, la France est dans les pays en tête du peloton, au-dessus de la moyenne, mais oscille entre le 8ème et le 10ème rang, loin du podium…

(iii) Dès qu’on évite les biais de comparaisons incluant la protection sociale (cf. supra) chacun peut se rendre compte que la France, contrairement aux idées reçues trop largement répandues, n’est pas le pays ayant le niveau de dépenses publiques le plus élevé, loin de là puisque pour l’année 2015, elle se situe au 8ème ou 12ème rang, selon l’indicateur utilisé.

(iv) Il résulte des points (i), (ii), (iii) qu’aucun argument comptable ne peut justifier une réduction des dépenses publiques contrairement à ce que prétendent les néolibéraux LREM, pro-Macron.


Notes :

Données de l’OCDE : d760b9ee-b106-4d16-b899-d60281137e30   ; DP_LIVE_20072017205828810  ; pib par tête

Données personnelles calculées à partir des données OCDE : dépenses publiques

1 https://www.senat.fr/notice-rapport/2008/r08-169-notice.html

2 http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-chez-les-economistes-atterres/20140507.RUE0109/calculee-comme-la-depense-publique-la-depense-privee-depasserait-200-du-pib.html


Sur le même sujet :

Pour en finir avec les mensonges sur les fonctionnaires

Trop de dépenses publiques ?

Qui veut la peau des dépenses publiques ?

Le plus gros mensonge de la droite

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s